barbie

 

Si la chirurgie esthétique a permis à de nombreuses personnes de venir à bout de quelques complexes dus à des défauts physiques majeurs ou mineurs, d’autres y ont tout de suite vu le moyen d’atteindre des objectifs plus extravagants, au point de devenir méconnaissables.

Deux cas ont fait le buzz ces derniers mois : Celui de Valeria Lukyanova, surnommée aussi la Barbie humaine et celui de Justin Jedlica, qu’on appelle le Ken humain.

La Barbie humaine

D’origine ukrainienne, Valeria Lukyanova a été toujours passionnée par la poupée Barbie, à laquelle elle voulait ressembler. C’est dans ce sens qu’elle a entamé une longue série d’interventions de chirurgie esthétique pour atteindre son objectif fou.

La fille, malgré son jeune âge, a touché à presque tout son corps : les jambes, la poitrine, la taille, le visage… En effet, pour arriver à ressembler à une Barbie, elle est passée par une augmentation mammaire, un allongement des jambes, une rhinoplastie, des injections de Botox et d’acide hyaluronique… En tout, ce sont des dizaines d’interventions qu’elle a dû subir.

Le Ken humain

Le cas de Justin Jedlica est d’autant plus marquant que peu d’hommes sont allés aussi loin en matière de chirurgie esthétique.

La trentaine et d’origine américaine,  Justin Jedlica a déjà subi 145 opérations de chirurgie esthétique dont la série a commencé par une rhinoplastie, suivie de cinq autres. Il a aussi eu recours à des prothèses pour son abdomen, ses épaules, les mâchoires, les pommettes, les yeux… Tout est passé entre les mains des chirurgiens esthétiques.

Même si ce genre de cas reste extrême et critiqué par les chirurgiens sérieux, ce qu’il faut retenir c’est que les pouvoirs de la chirurgie esthétique sont importants et doivent être mis au service de personnes qui ont des besoins réels, non des demandes fantaisistes.

Écrire un commentaire:

*

Votre adresse email ne sera pas publiée

© 2018 - Dr Hichem Mahmoud. Développé par Mind Engineering